Vaïlda

Une nouvelle guerre se prépare ! Dans quel camp serra tu ?
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Lil

Aller en bas 
AuteurMessage
Liberté

avatar

Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 22/01/2008

MessageSujet: Lil   Mar 22 Jan - 22:14

¤Personnage¤

*- Nom : Aucun

*- Prénom : Liberté

Surnom/Pseudo: Lil

*- Sexe : Euh ca se voit peut-être pas mais c'est une fille ^^

*- Âge : inconnu mais c'est vers les seize ans

*Race: Ange

- Armes : Une épée de tout ce qu'il y a de plus banale au premier regard mais elle l'enferme dans un ruban et pour dissimuler la présence elle place l'arme dans l'étui de son violon, le violon controle l'épée par ses son stridents il peut en créé plusieurs par ilusion et autres et ainsi bouleversé l'énemi

*- Histoire : C'était une enfant sans nom, sans famille et sans histoire. Le soir de Noël, l'enfant s'arrêta dans une clairière illuminée par les blancs rayons de la lune. Cet espace était recouvert de fleur de nuit, des fleurs blanches a quatre pétales ne fleurissant que les nuits d'hiver. Fascinée par ce spectacle pour le moins inhabituelle la petite orpheline se tenait au centre de cette clairière telle une apparition fantomatique d'une enfant morte de noyade. Le vent, fripon souleva les cheveux auburn de notre petite fille pour lui mettre dans les yeux, une douce tiédeur caressa son visage boueux la détendant. Elle sentait depuis longtemps comme un part d'elle même dans son dos et que personne ne pouvait voir, comme des ailes. L'orpheline les considéraient comme ses seules amies bien que rien ne lui prouve qu'elle existe a part ses magnifique moment rien qu'a elle. le vent s'arrêta, sa plaisanterie inefficace il laissa l'enfant endormie dans la pleine au milieu des fleurs aussi pales que sa peau.

Le matin bercé par la neige froide au touché, la petite rejoignit la ville pour se posté au sommet d'un toit, elle regardait à l'horizon le faible soleil se levé sur la ville s'éveillant. Le ciel était parsemé de nervure orangées laissant place au bleu azur de la journée. Encore fatiguée l'enfant se coucha sur le toit mimant qu'elle recouvrait son corps de ses ailes douces, aucune pénombre ne l'entourait mais elle pouvait distinctement ressentir une chaleur bienfaitrice n'étant pas à sa place lors d'un matin d'hiver bercé par la pureté de la neige. Ainsi la gamine rencontra le sommeil et ses rêves. Il était peuplé d'amour et de chaleur, de bonheur qu'elle lui savait inaccessible et surtout d'une famille.

Le soir tombait lors de son éveil et déjà les étoiles, point lumineux parsemé le ciel sombre du crépuscule. Elle reprit ses habitudes, déambulait dans la rues partageant le repas des chiens errants et évitans les saouls. La pureté des anciens moments passés s'évanouit durant plusieurs années de haines.

L'enfant était devenue adolescente au caractère bien trempé et pleine de fougue. Elle parcourait les toits à vive allure, elle fauchait l'argent de passant de ses doigts agiles privilégiants les riches bourgeois. Des formes féminines naissait sur son corps svelte et musclée. Elle savait se battre sinon comment aurait-elle survécue à la rue ? Son arme privilégiée était le poignard, arme blanche discrète et furtive. Elle courait un soir le long des toits noirs de la ville vers la lune, ronde et souriante, la seule bienfaitrices des orphelins. Elle leur prodiguait un réconfort magique lors des dures nuits d'hivers et les accompagnés tout au long de leur vie guidait par la solitude; de plus beaucoup vivait la nuit. Elle les menés toujours dans la bonne direction, et les soirs où l'enfant joue et sourit de joie aussi la lune s'arrondit et lorsque l'enfant pleure elle décroît pour lui faire un berceau de lumière. Cette astre était la mère de l'enfant égarée, on pouvait l'appelé l'enfant de lune c'était d'ailleurs le nom qu'on lui donnait n'ayant pas de nom. Agile et légère l'adolescente sauta sur une gouttière puis sur une poubelle et atterrit ainsi gracieusement sur le bitume de la ruelle. Elle sortis et se retrouva nez à nez avec l'un des pires chefs de quartier qui lui posait souvent des problème. Un sourire sadique naquit sur le visage défigurée de l'homme il l'empoigna durement par l'épaule lui bloquant tous ses mouvements. Il approcha son visage de la douce joue de l'orpheline et lui susurra à l'oreille des paroles qui la troublèrent au plus profond. La suite des événements lui échappa, elle avait perdue tout maintiens d'elle même.

L'enfant de la lune ouvre un oeil elle sent quelque chose de poisseux sur sa joue, elle y porte sa main regarde, du sang.Sa pupille se dilata sous l'effet de la peur elle se releva en toute vitesse et regarda autour d'elle, affolée. Le soleil faible brillait au dessus d'elle lui enlevant la protection de la lune. Rien, personne autour d'elle, la jeune fille était seule dans la rue, sans vêtement elle chercha dans son entourage ses habits, elle les trouva et les enfila, toute âme semblait avoir quittait son corps.Elle s'adossa a un mur, les yeux fermés et entonna une chanson appriseil y a longtemps de ça :

Spoiler:
 
Ses yeux étaient dénudés
de leurs petites étincelles de vie. L'innocente erra ainsi dans la
ville sans buts pendant plusieurs semaine pour finir devant un gouffre.


devant-elle se tenait la voie de son salut, le chemin la menant vers la
paix, tous ses soucis s'envoleront, elle n'aura plus à se soucier de
comment se nourrir, comment vire ou n'importe quoi d'autre car tout
serait fini. Elle avait depuis longtemps oublié ses douce aile
cotonneuse qui la rassurait durant le glacial nuit d'hiver. L'enfant se
tenait au bords du trou, prête à sauté quand, en même temps que la
neige tomba dans sa main une plume douce et légère aussi blanche et
purs que la neiges. Elle se rappela ces douceurs d'enfances et le doux
vent attaché à cette enfant fit volé ses cheveux ainsi que ses "ailes"
qui les caressèrent doucement ses joues baignaient de larmes. Son âme
lui était revenu, elle voulait vivre. La terre céda sous elle, elle
glissa sombra dans l'obscurité du gouffre quand une main rattrapa la
sienne arrêtant ainsi la chute inexorable vers l'enfer de l'ange. Elle
revint à la lumière du soleil et sombra dans l'inconscience.

A
son réveil elle était sur les genoux d'une personne dont le visage
restait illuminé par la luminosité du soleil il bougea sa tête et elle
put voir un homme aux cheveux longs et blonds le visage carré et
parcourus d'une cicatrice. Des ailes blanches et pures lui encadraient
le visage. Il sourit. Et entonna d'une voix grave et monotone :

"La plume, seul débris qui restât des deux ailes 

De l'archange englouti dans les nuits éternelles, 

Etait toujours au bord du gouffre ténébreux. 

Les morts laissent ainsi quelquefois derrière eux 

Quelque chose d'eux-mêmes au seuil de la nuit triste, 

Sorte de lueur vague et sombre, qui persiste.



Cette plume avait-elle une âme? qui le sait? 

Elle avait un aspect étrange; elle gisait 

Et rayonnait; c'était de la clarté tombée. 


Les anges la venaient voir à la dérobée. 

Elle leur rappelait le grand Porte-Flambeau; 

Ils l'admiraient, pensant à cet être si beau 

Plus hideux maintenant que l'hydre et le crotale; 

Ils songeaient à Satan dont la blancheur fatale, 

D'abord ravissement, puis terreur du ciel bleu, 

Fut monstrueuse au point de s'égaler à Dieu.
Cette plume faisait revivre l'envergure 

De l'Ange, colossale et hautaine figure; 

Elle couvrait d'éclairs splendides le rocher; 

Parfois les séraphins, effarés d'approcher 

De ces bas-fonds où l'âme en dragon se transforme, 

Reculaient, aveuglés par sa lumière énorme; 

Une flamme semblait flotter dans son duvet; 

On sentait, à la voir frissonner, qu'elle avait 

Fait partie autrefois d'une aile révoltée; 

Le jour, la nuit, la foi tendre, l'audace athée, 

La curiosité des gouffres, les essors 

Démesurés, bravant les hasards et les sorts, 

L'onde et l'air, la sagesse auguste, la démence, 

Palpitaient vaguement dans cette plume immense; 

Mais dans son ineffable et sourd frémissement, 

Au souffle de l'abîme, au vent du firmament, 

On sentait plus d'amour encor que de tempête.



Et sans cesse, tandis que sur l'éternel faîte 

Celui qui songe à tous pensait dans sa bonté, 

La plume du plus grand des anges, rejeté 

Hors de la conscience et hors de l'harmonie, 

Frissonnait, près du puits de la chute infinie, 

Entre l'abîme plein de noirceur et les cieux. 



Tout à coup un rayon de l'oeil prodigieux 

Qui fit le monde avec du jour, tomba sur elle. 

Sous ce rayon, lueur douce et surnaturelle, 

La plume tressaillit, brilla, vibra, grandit, 

Prit une forme et fut vivante, et l'on eût dit 

Un éblouissement qui devient une femme. 

Avec le glissement mystérieux d'une âme, 

Elle se souleva debout, et, se dressant, 

Eclaira l'infini d'un sourire innocent. 

Et les anges tremblants d'amour la regardèrent. 

Les chérubins jumeaux qui l'un à l'autre adhèrent, 

Les groupes constellés du matin et du soir, 

Les Vertus, les Esprits, se penchèrent pour voir 

Cette soeur de l'enfer et du paradis naître. 

Jamais le ciel sacré n'avait contemplé d'être 

Plus sublime au milieu des souffles et des voix. 

En la voyant si fière et si pure à la fois, 

La pensée hésitait entre l'aigle et la vierge; 

Sa face, défiant le gouffre qui submerge, 

Mêlant l'embrasement et le rayonnement, 

Flamboyait, et c'était,sous un sourcil charmant, 

Le regard de la foudre avec l'oeil de l'aurore. 


L'archange du soleil, qu'un feu céleste dore, 

Dit: – De quel nom faut-il nommer cet ange, ô Dieu?



Alors, dans l'absolu que l'Etre a pour milieu, 

On entendit sortir des profondeurs du Verbe 

Ce mot qui, sur le front du jeune ange superbe 

Encore vague et flottant dans la vaste clarté, 

Fit tout à coup éclore un astre: – Liberté. "
(La plume de Satan de Victor Hugo)

Il reprit sa respiration et regarda de ses beaux yeux verts émeraude la petite fille bouleversée.

"Ne connais-tu pas ce fabuleux poème de Victor Hugo qui correspond tout a fait à la situation actuelle. As-tu un nom ?"

La plume toujours fermement serrée dans sa main elle secoua la tête en signe de négation.

"Eh
bien... Il est donc tout choisit Liberté. Viens maintenant petite ange
insouciante que tu es ! Je dois te montré l'endroit ou tu vivras ta
nature pleinement sans plus jamais avoir recours à ça."

Il la
mena chez elle, la soigna pendant quelque temps, lui acheta de nouveaux
habits, il disparu un matin la laissant ainsi vivre comme son nom, libre.

*- Physique :

Spoiler:
 
La
paille et le ciel ce confondent sur elle, ses yeux reflètent ce qu'elle
regarde constamment, le ciel, ou le oiseaux peuvent volé librement vers
d'autres destinations sans contraintes, sans obligation et le blond de
ses cheveux est ce dans quoi elle se roule pour observé l'horizon en ce
demandant ce qu'il peut bien y avoir et en rêvant de contrés
merveilleuse ou elle pourrait vivre son aventure. Grande pour sa
moyenne d'âge et aussi petite à la fois elle a des formes normale mais
sans être inintéressante pour autant. Des ailes sortent de son dos, si
on peut le dire ainsi pour Lil elle sont blanches comme la neige qui
est signe de pureté et de mort à la fois. Tout dans son corps svelte
exprime son nom, la liberté, une si belle beauté sauvage flétrirait
dans une pièce fermé et elle le fait bien comprendre en courant
toujours dehors les pieds dans la neige et la tête sur la lune.
*- Caractère :


Lil est tout simplement elle, une fille pleine de vie, attachante mais
réservée aussi qui ne supporte pas qu'on fasse du mal gratuitement mais
qui est une vraie tête brûlée et qui fonce toujours dans le tas sans se
poser de questions. Elle n'est pas idiote mais pas une fille avec 200
de QI non plus, elle sait prévoir mais cache son intelligence sous des
attitudes d'enfant. Pourquoi se tracasser quand on peut aller droits
dans le tas aussi ? Elle n'aime pas tourné autour du pot et d'une
franchise accablante c'est a se demander des fois si elle ne veut pas
être blessante....


- Petit plus : c'est une fille pas très comode ^^

-Pratique la magie:
Oui

-Niveau de magie : 5/10

-Camp : ceux là-haut

¤Autres¤

Comment avez vous trouvé le forum?: A mistery... Nah en fait c'est une pote qui me l'a refile U_U

Aimez vous le design?: C'est zoullliii

Serez vous actif(ve)?: Oui

Des questions? C'est qui qui a fait le design ?! C'est pour quand la validation ^.

Autre commentaire: A bientoooot sur le fofo ^.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myriam
Déesse du feu
Déesse du feu
avatar

Nombre de messages : 145
Age : 23
Date d'inscription : 16/02/2007

Feuille de personnage
Âge du perso: 996 ans
Puissance en magie:
10/10  (10/10)
Capacité physique:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Lil   Jeu 24 Jan - 22:21

OUahhhh !!! J'adore le poème ! Il est cro bien !!! Moua j'ai rien a dire alors je t'accepte Liberté.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mitiblog.skyblog.com
Rider
Reine
Reine
avatar

Nombre de messages : 196
Date d'inscription : 17/12/2006

Feuille de personnage
Âge du perso: 500ans
Puissance en magie:
10/10  (10/10)
Capacité physique:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Lil   Dim 3 Fév - 17:09

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://manga-loveRPG.zikforum.com
Liberté

avatar

Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 22/01/2008

MessageSujet: Re: Lil   Mer 6 Fév - 22:01

THANK YOU VERY MUCH ! Ca me fait plaisir d'etre sur ce forum mais.... Il manque juste de monde et de pop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lil   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lil
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vaïlda :: Avant de commençer :: Perso-
Sauter vers: